MA VILLE

Environnement

28/12/2021
L’éco-pâturage comme outil de préservation

Le pâturage extensif ou éco-pâturage consiste à faire paître des animaux herbivores pour entretenir des espaces naturels. Un excellent moyen de gérer des grands espaces publics enherbés peu utilisés ou difficiles d’accès, de manière écologique.

Cette technique, fréquemment utilisée dans la gestion des espaces naturels remarquables (Parcs nationaux, réserves naturelles…) et de plus en plus utilisée par les collectivités, permet de maintenir des espaces ouverts (prairies) indispensables à de nombreuses espèces animales et végétales.

La Ville a ainsi installé fin septembre 2021 dans une prairie difficile d’accès au Bois de Fontaine sept brebis landaises, dont plusieurs gestantes, avec l’aide de l’association Agri-Renfort. L’association d’utilité sociale (elle salarie des personnes en situation de handicap) sera chargée de la gestion des animaux (soins...).

Le projet répond à un double objectif : maintenir des écotones (zones de transition écologique entre deux écosystèmes) en bon état de fonctionnement et participer au maintien d’une race rustique ancienne qui appartient à notre patrimoine naturel : le Mouton landais.

L’éco-pâturage suppose la mise en œuvre de mesures respectueuses de l’environnement :
• Une charge de bétail réduite afin de limiter la pression sur la végétation (le surpâturage) qui empêche la plupart des végétaux d’accomplir leur cycle de vie complet (germination, pousse, floraison, maturité des graines) et la biodiversité animale de se maintenir.
• Pas de fertilisation afin de préserver la qualité de l’eau et des sols et la diversité végétale (certaines plantes préfèrent des sols pauvres en éléments nutritifs).
• Pas de pesticide afin d’éviter toute pollution, mais aussi pour la santé des animaux.
• Limitation des médicaments afin de préserver la micro faune du sol qui se trouve altérée par les produits pharmaceutiques qui peuvent se trouver dans les déjections des animaux.
• Choix de races rustiques et conservatoires plus résistantes aux parasites et aux maladies, qu’il est indispensable de préserver.