MA VILLE

Environnement

7/12/2021
Ecoutez la belle histoire d’un chêne centenaire...

... qui céda sa place à un plus jeune.

Abattre un chêne centenaire, qui plus est à proximité d’une école où il manifestait pleinement son symbole de longévité et couvait nos petits de son port altier, n’est pas une décision facile... L’équipe municipale a pourtant dû s’y résoudre devant l’état sanitaire alarmant de cet ancêtre qui trônait depuis toujours devant l’école de la Souque.

En effet, un récent diagnostic de l’arbre a révélé que celui-ci était extrêmement fragilisé par l’attaque d’un insecte xylophage particulièrement ravageur : le grand Capricorne (Cerambyx cerdo). Les larves de l’insecte ont creusé de nombreuses et importantes galeries qui traversent le tronc du chêne de part en part, ce qui décolle son écorce et altère sa santé.

Le vieil arbre est par ailleurs atteint de la "maladie de l’encre", provoquée par le champignon Phytophtora, qui provoque une "descente de cime" : l’arbre dépérit par la cime, qui n’est plus correctement alimentée.

Ces deux attaques sont malheureusement symptomatiques des arbres en fin de vie et le dépérissement du chêne centenaire est inexorable. La mise en œuvre de traitements prophylactiques ne garantit en effet aucunement la pérennité ni la solidité de l’arbre.

Si dans la forêt notre chêne pourrait finir sa vie en douceur, situé à proximité d’une école et d’une rue dans un quartier fréquenté il représente un danger potentiel. Il pourrait en effet s’effondrer prochainement même en l’absence de vent.

Notre centenaire sera cependant remplacé par de jeunes arbres en pleine santé, plantés avec les enfants de l’école, qui déploieront à leur tour leurs branches bienveillantes au-dessus des têtes des prochaines générations d’écoliers. Le service Environnement de la Ville sensibilisera également les enfants au cycle de vie d’un arbre et aux maladies qui peuvent le fragiliser.

"Je sens quelqu’un de grand qui m’écoute et qui m’aime !" Victor Hugo